Arnaud Jerald - Record du monde d’apnée « 80% se joue au mental »

À seulement 24 ans, Arnaud Jerald détient le record du monde d’apnée. Il découvre cette discipline marine à l’âge de 7 ans avec son père. À 16 ans, il participe à son premier stage d’apnée à Marseille. En 2017, il commence les compétitions et remporte rapidement des prix. En 2019, il obtient un premier record du monde d’apnée en poids constant bi-palmes en descendant à 108 mètres de profondeur et en 2020 en plongeant à 112 mètres.

Ensemble, nous sommes revenus sur son enfance, son manque de confiance, sa dyslexie dont il souffrait mais également sur sa nature sportive et intrépide.

« J’ai découvert l’apnée dans les calanques de Marseille. »

« Cette sensation m’a plu très vite, le fait d’être sous l’eau a été une révélation. »

« Ma faiblesse, la dyslexie, est devenue une force dans mon métier d’apnéiste. »

« J’ai toujours eu un gout prononcé pour l’aventure. » Le plaisir dépassait le risque. »

« A 18 ans, je descendais déjà à 70 mètres. »

De son déclic pour en faire son métier, des raisons de son amour pour cette pratique et de ses entrainements intensifs.

« Cette résilience due à ma dyslexie a été une grande force grâce à la sensibilité que j’ai envers mes émotions, envers mon corps. Il faut savoir ressentir ses limites à ce genre de profondeur. »

« Je suis le seul apnéiste à ne pas avoir fait de syncope au bout de 2 records du monde. »

« Je veux basculer les clichés autour de mon sport et le faire grandir. »

« Chaque minute au fond de l’eau représente une journée d’émotion. »

« Je veux mieux me connaitre grâce à ces plongées. »

« Le record n’est pas la finalité dans mes objectifs. »

« Je pense énormément sous l’eau. »

« Le cerveau pense 3 fois plus vite sous l’eau car il doit engranger des mécanismes de survie. »

« Être numéro 1 dans mon sport me permet de découvrir les capacités du corps et de l’esprit humain. »

De sa façon d’appréhender les risques relatifs à cette discipline et de gérer sa peur et l’incertitude. De ses secrets pour être le meilleur dans ce métier et de ses objectifs professionnels.

« La partie mentale représente 80% de ma discipline. »

« Mes poumons se sont adaptés, j’ai aujourd’hui entre 7 et 8 litres de capacité alors que quelqu’un de normal a une capacité entre 5 et 6 litres. »

« J’utilise la respiration carrée qui me permet de réguler mon rythme cardiaque. »

« Je suis conscient du risque et c’est très rare dans mon sport. Je préfère le regarder droit dans les yeux. »

« Pour limiter le risque, je peux utiliser un drone, engager des équipes et avoir ma famille autour de moi. »

« Le plus gros de la plongée se fait dans les derniers mètres sur le retour. »

« J’ai eu peur lorsque une fois au fond de l’eau, j’ai glissé car un dauphin m’a désaxé. »

« Il faut s’entourer de personnes qui sont un peu plus audacieuses que nous. »

« J’utilise la technique du pas à pas dans ma discipline, ce qui peut s’appliquer à tous les projets. »

« Chacun son risque, le risque est subjectif et dépend de chacun. »

« Je plonge pour me découvrir. »

« Ma plus grande peur c’est d’avoir des regrets. »

Tous les liens pour retrouver Arnaud Jerald :

– Son site : https://www.arnaudjerald.com/

– Son compte Instagram : https://www.instagram.com/arnaudjerald/

– Sa chaine YouTube : https://www.youtube.com/channel/UC2eqtlNSilaC82wA29W9LNQ

Dans cet épisode, on parle :

– Du film « La sagesse des profondeurs » : https://www.canalplus.com/articles/sports/la-sagesse-des-profondeurs

Crédit Photo : @antoningrenier

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :